Franck BONHOMME

 

Franck BONHOMME

 

Nom : BONHOMME

Prénom : Franck

Âge : 25 ans

Fonction actuelle : Responsable de gestion des matériels – service maintenance matériels – Pallisco (Cameroun)

 

 

 

 

Quel est votre cursus ?

BEP maintenance de véhicules automobiles suivi d’un Bac STI génie mécanique puis BTS MAVETPM (maintenance et après-vente des engins de travaux publics et de manutention) pour finir par la licence professionnelle management en maintenance des matériels du lycée de Carmaux (niveau bac+3 – 1 an après le BTS).

 

Dans quel secteur exercez-vous ?

La maintenance d’engins de travaux publics et forestiers.

 

Y êtes-vous arrivé par hasard ?

Via l’école juste après la licence.

 

Était-ce une passion depuis longtemps ?

C’est quelque chose qui me plaît, la mécanique auto est peu diversifiée. L’évolution des machines est très rapide dans mon domaine, c’est passionnant.

 

Sur quels types de machines travaillez-vous ?

Des engins de travaux publics et forestiers.

 

Comment s’organise une journée de travail type ?

J’arrive à 6h le matin et commence par une inspection de l’atelier qui ouvre à 7h. Je lance les dépanneurs sur les chantiers, vois les priorités en cours, les rapports et contrôles à faire. Les employés partent à 17h.

 

Quelles sont vos tâches et vos objectifs ?

Mon objectif est que tout se passe bien (rires…).
Il faut s’assurer du bon fonctionnement des machines. Je fais suivre également aux techniciens des formations basiques sur des points techniques particuliers, accessibles à ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller suffisamment loin dans leurs études. L’accès à l’éducation reste un problème majeur au sein des pays de l’Afrique subsaharienne…

 

Est-ce un travail plutôt solitaire ou en équipe ?

Sur notre secteur, nous avons 2 chefs de services et une quarantaine de personnes à gérer.

 

Êtes-vous mobile à l’extérieur de votre espace de travail ?

Lorsque je le peux, j’essaie de voir ce qui se passe sur les chantiers.

 

Quelles compétences, quelles qualités sont essentielles pour exercer ce métier ?

Rigueur, organisation, sérieux (horaires, responsabilités). On a des comptes à rendre. Ajoutez à cela des compétences complètes sur tous les aspects techniques.

 

Qu’appréciez-vous dans votre travail, quels sont les avantages et les inconvénients ?

Être expatrié offre divers intérêts : la découverte d’une autre culture, une évolution de carrière rapide, ainsi qu’un salaire avantageux. Mais il faut le dire, les conditions de travail sont souvent difficiles (contexte social, économique et politique globalement difficile, charge de travail importante et fluctuante, climat tropical).

 

Le secteur s’ouvre-t-il aux femmes ?

On en a de plus en plus au sein de notre entreprise, mais plutôt à des postes administratifs. La mécanique en elle-même est peu valorisée auprès des filles, alors que ça leur est tout à fait accessible. C’est dur, mais accessible.

 

Enfin, quels sont les débouchés et les possibilités d’évolution ?

Tous mes anciens camarades ont des emplois attrayants. Personnellement, j’aimerais par la suite pouvoir gérer une équipe de techniciens, et optimiser le travail de ces derniers en termes de productivité, au profit de la société.

 

Un mot aux jeunes qui seraient intéressés, pour conclure ?

Il ne faut pas hésiter à se déplacer, il y a des opportunités de travail partout et les perspectives d’évolution sont favorables.